Notre Histoire

POURQUOI L’UFE EST-ELLE NÉE ?

Homme généreux et efficace, Gabriel WERNLÉ, prend l’initiative en 1927, de fonder l’Union des Français de l’Étranger. Il demeure, jusqu’à sa mort, son animateur dynamique et obstiné.

Dès lors, de nombreux efforts sont déployés pour resserrer les liens entre les expatriés et la France, et pour faire reconnaître par les pouvoirs publics leurs droits à égalité avec ceux des Français de France.

Gabriel Wernlé
Journaliste
Fondateur de l’UFE

UNE ACTION CONTINUE

L’UFE devient le lien vivant – matériel et moral – entre la France et “ses fils lointains”, l’avocat et le défenseur des Français expatriés auprès des pouvoirs publics et de l’opinion en métropole.
Les neuf présidents qui se succèdent exercent une action continue sans que leurs personnalités respectives n’entraînent de rupture. Seules les circonstances infléchissent l’action de l’UFE vers des domaines particuliers.
Au cours de son histoire, l’UFE manifeste sa vitalité en adaptant ses objectifs immédiats aux nécessités de la situation internationale. Elle poursuit son action à long terme, que ce soit dans les domaines de la protection sociale, de l’enseignement, de la sécurité des Français de l’étranger, de la fiscalité, de l’exercice du droit de vote ou de la nationalité …

CONTINUITÉ ET RENOUVELLEMENT

Nombreux sont les Français qui quittent la métropole pour quelques années et s’installent définitivement dans leur pays d’accueil. Ces Français conservent un lien avec la France. Ils entendent, comme ceux de France, participer aux scrutins électoraux, bénéficier de la législation sociale, donner à leurs enfants une éducation française.

Nombreux sont aussi ceux qui partent pour un temps plus limité dans le cadre d’une mission professionnelle. Les années passées hors de France constituent une expérience personnelle enrichissante pour les intéressés et un apport considérable pour notre pays.
L’UFE a donc peu à peu modifié son action. Elle contribue à être le défenseur et le porte-parole des communautés installées à l’étranger. Dans le même temps, elle s’adapte à cette nouvelle forme de mobilité.
Confiante dans sa capacité à poursuivre sa tâche, l’UFE s’engage sur le long chemin qu’il reste à parcourir pour que la France de l’extérieur et la France de l’intérieur soient totalement solidaires, unies dans le respect du passé et la confiance dans l’avenir.